Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_version.php3 on line 453 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_version.php3 on line 576 Deprecated: Function eregi() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_version.php3 on line 612 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_version.php3 on line 613 Deprecated: Function eregi() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_version.php3 on line 614 Deprecated: Function split() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_version.php3 on line 760 Deprecated: Function split() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_version.php3 on line 764 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_version.php3 on line 767 Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/inc-cache.php3 on line 28 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/inc-cache.php3 on line 48 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/inc-cache.php3 on line 49 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/inc-cache.php3 on line 50 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_acces.php3 on line 42 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_acces.php3 on line 43 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_acces.php3 on line 44 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_lang.php3 on line 85 Deprecated: Function split() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_version.php3 on line 1135 Deprecated: Function eregi_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/inc-cache.php3 on line 28 Deprecated: Function split() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_version.php3 on line 1135 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_lang.php3 on line 85 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_flock.php3 on line 61 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function eregi() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 294 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function split() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_version.php3 on line 1135 Warning: Illegal string offset 'statut' in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26 Warning: Illegal string offset 'statut' in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26 Deprecated: Function eregi() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 294 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function eregi() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 294 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function eregi() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 294 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function eregi() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 294 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function eregi() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 294 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function eregi() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 294 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function eregi() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 294 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function split() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_version.php3 on line 1135 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_logos.php3 on line 23 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 383 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 384 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 426 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 436 Deprecated: Function split() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_version.php3 on line 1135 Deprecated: Function split() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_version.php3 on line 1135 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 383 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 384 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 426 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 436 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 383 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 384 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 426 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 436 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 383 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 384 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 426 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 436 Deprecated: Function split() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_version.php3 on line 1135 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 618 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031 Deprecated: Function eregi() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 294 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function eregi() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 294 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function eregi() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_filtres.php3 on line 294 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Deprecated: Function ereg() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 1031 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_texte.php3 on line 478 Warning: Illegal string offset 'statut' in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26 Deprecated: Function ereg_replace() is deprecated in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_version.php3 on line 531 Warning: Illegal string offset 'statut' in /var/www/vhosts/pegasus.ouvaton.org/httpdocs/ecrire/inc_db_mysql.php3 on line 26 Korban and Co. La Maison des Bories

Korban and Co.

Le dimanche 2 février 2003.
Nouvelle tirée des élucubrations Webienne des parolespotes. J’ai bien aimé le jeu des reprises. Un excellent exercice de créativité. A renouveler plus souvent. Légèrement modifié par mes soins.

La nuit tombait, les ombres projetées sur le mur dansaient au rythme des flammes de la cheminée. Assis près de la fenêtre il observait les flocons de neige qui virevoltaient..

Il fut brusquement tiré de ses rêveries par la sonnerie du téléphone.

"Allo, c’est Tania ... écoute ; il vient de se passer quelque chose d’absolument incroyable. Imagine toi que tu puisses enfin faire des courses de chiens de traîneau... Ton rêve ! Ca va être super !! Tu prépares ta valise ?!"

Une course chien de... ? il resta un instant étourdi par ce nouveau rebondissement, complètement écrasé sur sa chaise. Mais comment est-ce possible ? Korban, mon chien de tête s’est blessé l’année dernière et n’a pas encore retrouvé toutes ses capacités physiques pour être au niveau et le faire courir ne pourrait qu’aggraver son cas.

"Je sais très bien à quoi tu penses... Tu penses à Korban n’est ce pas ? Eh bien ne t’inquiètes pas... Je t’en ai trouvé un autre, tout aussi adroit sur la neige avec un traineau derrière lui... Tu vas être ravi ! Il est super !!"

Son esprit l’emmenait vers ces rivages proche de la folie où les pensées vous entraînent lorsque vos yeux, fixant le vide, regardent le ballet des flocons qui mollement, dans des va-et-vient délicats, achèvent leur course sur le rebord des fenêtres.

Dans un bruit de craquements secs, l’effondrement soudain et brutal de l’empilement des bûches qu’il avait enfournées dans la cheminée, l’avait subitement ramené à la réalité. Ce Noël, serait différent, il avait décidé que le Père Noël ne viendrait pas, l’an dernier déjà il lui avait semblé que les enfants avaient deviné qu’il y avait comme quelque chose de bizarre chez cet homme en lourd manteau rouge. Pourquoi tu sens comme papa avait dit Lulube ? Et pourquoi as-tu mis ses chaussures s’écria brutalement le petit Nicolas ? Il avait précipitamment abrégé la visite.

Ce que Tania et les enfants ignoraient ; ainsi que Korban et cet autre chien ; c’est qu’il était las de ce froid et de cette neige.

Il lui fallait partir. Deux jours plus tard, ce serait fait. Jef repartait pour le Mali, il l’accompagnerait.

Jef ne serait plus tout seul.

Partir un jour, là-bas ; où tout est libre et sauvage, voir le cimetière des éléphants.

Partir, partir, même si c’est mourir un peu, il préférait crever sous un ciel bleu.

Et puis la nuit, la grande, la belle, dont il se croyait une étoile ; il n’était qu’une cigale.

Ainsi va la vie, ceux qui restent ont toujours raison, ceux qui partent ont parfois raison, ceux qui reviennent ont eu tort de partir, craccccc pffff ! une bûche a éclaté et laissé échapper un jet de vapeur. Avivé par le soudain apport d’oxygène, le feu dans la cheminée se mit à ronfler plus fort. Dehors comme par magie, une rafale souleva et emporta dans un tourbillon le ballet des flocons. Le vent renforça le tirage dans le conduit, les flammes aspirées par l’appel d’air, s’étirèrent en fasseyant. Les escarbilles bondirent à la rencontre du souffle glacial de la rafale.

Il lui revint soudain cette remarque qu’Hans, le vieux paysan bavarois lui avait confié un soir d’hiver devant une cheminée semblable. C’était la guerre, le lendemain il était appelé sur le front de l’est, le "Guide" lui demandait de sacrifier sa vie pour le Reich de mille ans auquel il avait déjà sacrifié ses trois fils.

Les mots à l’accent rocailleux si typique de cette région d’Allemagne résonnaient encore dans ses oreilles : Ach ! Krrrieg ist ein grrross Malheur !

Il faisait très chaud, une semaine déjà était passée depuis leur arrivée au Mali.

La décision d’y retourner fut vite prise, cette idée avait enchanté Tania. Nicolas et Lulube découvraient ce nouvel univers pour la première fois. Jef avait eu le temps de trouver un repreneur pour ses chiens, seul Korban avait été gardé et emmené au Mali avec eux. Encore une journée et tout le reste de leurs affaires devait arriver au fret de l’aéroport..."

Il repensait parfois à cette soirée d’hiver où ressassant ses souvenirs de guerre il avait décidé de couper les ponts avec la vieille Europe. Il avait choisi le Mali lors d’un précédent voyage d’agrément, il y avait découvert une vision du monde complètement différente de tout ce qu’il avait eu à connaître jusque là.

Le Mali était le second grand royaume du Sahel cette zone méridionale du désert du Sahara, qui devint le centre culturel et politique de cités très dynamiques par l’importance stratégique du trafic trans-africain de l’or. C’était une communauté de peuples à la croisées de civilisations africaines et islamiques.

Ainsi les Bamanas, peuplade pour qui être paysanne est la plus importante et la plus noble des professions. Lors des semailles, les hommes de l’association des fermiers Chi-Wara dansent avec leurs coiffes pour honorer Chi-Wara l’animal mythique des paysans qui apporta l’agriculture à leurs ancêtres.

Les coiffes, toujours déclinées en entité mâle et entité femelle, représentent l’Antilope Chi-Wara. Celle-ci décrit la recette du succès de l’agriculture. Les longues cornes du mâle représentent la vigoureuse croissance du millet, le pénis représentant l’enracinement de la graine. Les gigantesques oreilles, font références à l’écoute attentive des chants des femmes encourageant le travail des paysans. La courbe du cou symbolise la course du soleil sur l’horizon entre les solstices.

Jef s’arrêta un instant dans la rédaction de son exposé, les doigts en l’air, les yeux perdus sur son clavier. Il avait finalement dégoté ce poste d’attaché culturel à l’Alliance Française grâce à un copain d’enfance, énarque du Quai d’Orsay, qui tenait à conserver son amitié bien qu’ayant eu du mal à retrouver leur complicité passée. Mais plus Charles-Edouard avançait en âge, moins il se faisait à cette idée de devenir un coquelicot moisi. Et Jef, son départ sur un coup de tête, le Mali, lui permettait de dire dans les dîners en ville : "Je compte parmi les gens que j’aime bien, un marabout malien", depuis que l’attaché culturel lui avait appris que la majeure partie de l’Ambassade ainsi que du Consulat consultait assidûment un Mamadou Mémé. Leurs échanges par mails restituaient quelque chose de leur adolescence, mais il avait complètement oublié à quel point Jef était un fan de Nino Ferrer, et un pince-sans-rire. Il aurait fallu que Jef paraphe chacune de ses phrases par "lol", ou "mdr". En attendant, il parlait même à son épouse Mona Lisa de leurs futures vacances à Bamako. Mona Lisa ne comprenait pas encore bien le français, c’était une Florentine au caractère de feu, et elle souriait, l’air entendu, alors qu’elle ne capisquait rien.

C’est alors qu’apparut Korban accompagné d’une copine rencontrée pendant ces périodes que l’on nomme blues-trottoir. Lui tenait du Husky ou du Samoyède, quant à elle, Suzy elle se moquait pas mal de ses origines, mais avait appris par l’intermédiaire d’une marmotte, cette drôle de position assise, pour séduire ou quémander quelque chose. Elle n’était pas chienne de cirque, mais aurait très bien pu inspirer un aquarelliste comme Norman Rockwell.

- Qu’est il arrivé à ton œil ? demanda-t-elle à Korban,
- Je l’ai perdu dans un dog-bar lui répondit-il,
- J’ai ouvert ma gueule un peu trop fort pour défendre une copine, et je ne suis pas prêt à retourner dans cette boîte. Le One Toutou est mal fréquenté, viens je t’offre un drink au club, je te présenterai mes amis.
- Allons-y !

L’espace n’avait rien de canin mais ils surent facilement se faire une place parmi quelques personnes occupées en ce lieu de rencontre. Ils m’ont accepté le premier jour et tu verras, ils ont tous quelque chose à dire et en chanson !

- Tu m’épates, je demande à voir et à entendre !
- Commençons par 3nyse, c’est notre puits de science, elle s’y connaît aussi bien en chansons anciennes qu’étrangères.
- Pourquoi 3nyse ?
- 2nyse est déjà pris, faut évoluer parait-il !
- Le grand avec des allures nobles, c’est Pégasus, c’est un calme qui écrit bien, il n’a rien d’un cheval ailé, mais zélé serait plutôt le mot.
- Je l’imagine très bien avec un uniforme,
- A côté, c’est Oliv’ il discute souvent avec Fab’ vu leur accent, je les soupçonne d’être originaire de la côte d’Azur,
- Moi, je ne connais que la côte d’Azor !
- Celle qui est assise plus loin avec son front de figurine, et ses yeux menthe à l’eau s’appelle Bipbip, elle s’entretient avec Houba.
- Dis c’est la BD qui les réunit ?
- Peut-être ?
- Derrière nous, c’est Mercedes,
- C’est aussi un prénom ?
- Bien sûr comme Safrane ou Clio, mais pour elle, sa côte sera toujours en hausse !
- J’ avais compris en os !

C’est alors qu’après ces présentations, le piano-bar commença à se manifester par quelques mesures d’une valse de Chopin sous les doigts d’un virtuose resté dans l’ombre.

- C’est à toi, je te dédie cette musique, lui dit-il.
- Quelle est son nom, cette fois ?
- La valse du petit chien ! Pardi !

Existe-t- il des tranches de vies de chiens qui peuvent se superposer à la nôtre ? L’histoire ne nous le dira pas, on peut juste cueillir de temps en temps les fruits de notre imagination.

Au piano, il y avait un type qui, plus jeune, aurait pu ressembler à Daniel Balavoine, sans la barbe, évidemment. À mesure, sa valse prenait des allures de certains morceaux des Clash, allez savoir pourquoi. Puis il se mit à chanter I did it my way, comme pour s’expliquer, quel drôle de numéro ! C’est alors que surgit une gazelle.

- Gazoune !!! Mon amie Gazoune, s’écria Blues Trottoir !!! J’allais l’oublier !!!

Et tous se mirent à chanter :

- Bon anniversaire, Nos vœux les plus sincères, Que ces quelques fleurs...

Il y avait aussi TitColas, avec des gifs, je veux dire des fleurs ma-gni-fiques... et Bellibulle, une bulle de champagne très à sa place dans ce Night Club.

Bientôt, débarqua une tornade blanche suivie de son inséparable amie SDF et de Grochat, le célèbre animateur télé.

Un CHAT ! Waf waf ! L’ambiance commençait à connaître des ascensions du côté de l’applaudimètre et celui du thermomètre. On attendait des poussées de fièvre du samedi soir, ainsi que de nouveaux visiteurs.

C’était plus tellement Chopin qui nous faisait valser, mais ce qui avait été distribué à toutes les tables.

Ce coquin de Grochat nous a renvoyé dans les cordes avec sa tirade digne de lui :

« On dit que boire du café, empêche de dormir, par contre dormir empêche de boire du café »...

Je voyais que sous cet angle, personne ne somnolait encore et que s’il le fallait une bonne soupe à l’oignon du côté des Halles allait être proposée.

Ce Chat faisait coup double, c’était un expert en musique et ponctuait toujours ses interventions par un coup de triangle, seul instrument d’ailleurs qu’il maîtrisait à merveille. Il avait toujours sous le poil quelque histoire à ne pas dormir debout, C’est lorsqu’il a raconté celle du dalmatien à qui il avait appris a faire le dé, que plus personne ne songeait à laisser sa place. Pour la compréhension de l’image, il lui suffisait de mettre son chien sur le flanc où apparaissaient 5 points noirs !

Et on dira ce qu’on voudra, mais ce n’avait rien à voir avec un bar louche, ni même une maison de puces !!!... plutôt le genre guinguette comme on en trouve du coté de Nogent. Virevoltant sur la piste centrale, les couples enlacés semblaient hors de l’instant, hors de cette atmosphère surchauffée, emportés dans une rythmique frénétique où les percussions le disputaient aux cuivres rutilants qui laissaient éclater leurs stridulations métalliques dans l’air brassé par les immenses ventilateurs qui dans leur rotations bourdonnantes paraissaient accorder leurs tempos à celui des danseurs.

- Korban ! au pied !
- Où es-tu allé te fourrer ?
- Tu nous as encore ramené une copine ?
- Alors toi, comment t’appelles-tu ?
- Viens voir ici, que je vois un peu sur ton collier. Ah Suzy, ainsi tu es donc Suzy, c’est un bien joli nom, hein Korban ?
- Je vois bien qu’elle te plait bien, grand coquin ! Eacute ;coute mon gars, elle peut rester ici quelques jours, mais dès qu’on viendra la réclamer, on la laissera aller, hein ?

Korban regardait Jef en basculant la tête, un coup à droite, un coup à gauche, comme ces chiens teckels bibelots que l’on installait sur la lunette arrière de la voiture dans les années soixante. Une pensée fugitive lui traversa l’esprit, il avait envie d’entendre ces airs sur lesquels il avait dansé pendant ces années un peu rocky. Comment s’appelaient-ils ces groupes déjà ? Ah oui... Korban n’adorait que Jerry Lee Lewis, c’était ça pour lui être rockabilly, il aurait bien emmené Suzy la faire tournoyer en l’air sur ce rythme dingue. Il avait pu le voir et l’entendre dans les « enfants du rock », qui eux même avaient emprunté la vidéo à un vieux scopitone hors d’usage.
Seulement il gardait un oeil (le seul qui lui restait) sur Suzy sa dulcinée et vérifiait, tel un bon gardien chaque mouvement de la porte d’entrée.
Ayant terminé chacun leurs « hot-dog » ils appréciaient cette ambiance hors du commun qui les rendaient visiblement heureux.

A une heure un peu plus avancée, cette porte d’entrée laissa pénétrer un sosie de Moustaki, chaque convive avait l’air de le connaître sinon, de le reconnaître. A part l’absence de fleurs dans sa barbe, on avait l’impression de retrouver un hippie et en même temps de tourner une page du grand livre des riches heures de la Chanson...

Comme à son habitude, Grochat, notre matou national lança son "Chatpula" et se tira vite fait rejoindre ses donzelles bien connues dont, par discrétion, nous tairons le nom !
Nous ne restions qu’une toute petite bande sur la piste de danse en train de nous déchaîner sur des sons inconnus de nos pissounettes de maintenant ! Il se faisait tard.
Je rameutais Korban et sa nouvelle et, je l’espérais, passagère idylle ! Ils semblaient s’entendre ces deux là, un peu à notre image !
Après avoir saluer l’assemblée, nous nous engouffrions dans notre poussive, vétuste mais oh combien utile bagnole, ferraille, je devrais dire ...
Ernst Willsdorf, et son ami Jef jubilaient, ah ! ah ! ah ! quelle poubelle, cette caisse.

Lui le vieux baroudeur, se retrouver en Afrique. Pourquoi ce regard si pétillant de Jef pensait-il ? Se pourrait-il que cette escapade africaine soit pour lui aussi, comme un sirop typhon et qu’elle leur rende la fougue de leurs trente ans ? Ernst n’était pas loin de le croire. Depuis cette nuit d’hiver, l’ex adjudant Willsdorf, ancien prisonnier de guerre, ancien de la guerre du Viêt Nam, ancien d’Algérie, ressassait parfois ces étranges pensées. Il bénissait ce jour où sa fille Tania lui avait parlé de courses de chiens de traîneau. Il avait mis à profit cette occasion pour se remettre en question. En effet, le souvenir du jeune sous-lieutenant qu’il avait dû abandonner seul, mortellement blessé sur les pistes, dans la jungle du Viêt-Nam le tenaillait parfois. La nuit souvent ! Il revoit encore son regard suppliant lui demandant de lui donner une grenade. « Les animaux ! » avait-il justifié, ses derniers mots le harcelèrent longtemps. Mais depuis qu’il était revenu en Afrique, la voix du fantôme était devenue un murmure. Il ne restait plus rien de ces années d’horreurs. Willsdorf, qui n’était pas croyant, était pourtant allé voir un des marabouts de Mopti sur les recommandations du conseil des anciens. Il espérait secrètement voir ses douleurs lui laisser un peu de répit. Le fait est que depuis quelques temps, il ne sentait plus ces élancements dans les membres, il avait même l’impression que les petits bobos qui d’habitude mettaient plusieurs semaines à cicatriser en laissant des marques, disparaissaient maintenant en quatre ou cinq jours. Même Korban avait retrouvé la vigueur de ses jeunes années. Il semblait ne plus être gêné par l’absence de son œil gauche et depuis qu’il avait ramené Suzy, il paraissait s’abreuver à une source de jouvence.

Ernst s’était confié à ce sujet à son ami Raphaël Mamboto, un érudit hutu originaire du Rwanda et qui s’était retrouvé exilé, privé de retour dans son pays, orphelin d’une grande partie de sa famille, qui bien qu’Hutu avait fait elle aussi les frais de la fureur des hommes.
Raphaël, comme beaucoup de ses compatriotes était un compagnon jovial, chrétien convaincu et que cette guerre avait complètement déboussolé. Ernst l’avait connu lorsqu’il était en poste à l’ambassade du Rwanda en Allemagne. Ils avaient lié connaissance à la messe du dimanche. C’était le lieu de rendez-vous de l’intelligentsia francophone. Ernst avait trouvé chez Raphaël et ses compatriotes une joie de vivre et une sorte de plénitude malgré leur relative indigence. C’est aussi la raison pour laquelle, il s’était décidé à partir pour l’Afrique et de couper les ponts avec son passé. Il avait téléphoné à Raphaël qui trop heureux de quitter ces contrées boréales n’avait pas hésité un instant à l’idée de faire sa malle... Ernst aimait bien le vocabulaire fleuri avec lequel Raphaël comme la plupart des africains francophones, s’exprimait. Il utilisait fréquemment ces adverbes un peu surannés qui sentait bon la France, pas celle des campagnes, pas celles des villes, pas celles des banlieues, ni celles des zones de non droit. Non celle des universités, car Raphaël avait fait ses études en Europe, en fait il était détenteur d’un doctorat de géographie délivré par l’université catholique de Liège.

-Ernst mon ami, je te l’avais prrrésentement expliqué, le marrrabout, disait-il en roulant les r, saurrra trrrouver le mal dans ton âme et il te l’extirrrperrra.
L’Afrrrique, c’est la mèrrre de l’humanité et la mèrrre de l’humanité aime ses enfants. Ne sens-tu pas, à prrrésent que nous sommes ici, que le temps a changé ?
L’horrloge biologique a rrrralenti avec le rrrythme de la vie quotidienne, et le marrrabout a fait fonctionner les aiguilles du temps dans l’autrrre dirrrection. Rrregarrde la voiturrre de Jef, tant que ça rrroule, c’est excellent, on rrrécupèrrre tout ce qui peut encorrre servir, et ce que les eurrropéens ne veulent plus nous savons dans notrrre humble situation tirrré encorrre parrti de notrrre intelligence prrratique.
As-tu rrremarrqué comme Korban a rrreprrris des forrces ? je te le dis, ça ce sont les décoctions de l’arrrbrrre à bander qui l’ont rrrendu frrrétillant, mon frrrèrrre.

Pour Ernst, Jef, Raphaël, les journées passaient lentement dans une torpeur toute léthargique, c’est elle plus que le marabout qui avait eu une influence troublante sur la santé des nouveaux immigrants. A leur arrivée, les hommes du village s’étaient sentis rabaissé par ces arrivants qui avaient mis en émoi les villageoises. Il faut dire que Willsdorf était une nature robuste. Imaginez un bûcheron canadien, sans la chemise à carreau, ou plutôt le légionnaire qui sentait bon le sable chaud au teint cuivré de baroudeur.
La chemise kaki qu’il portait en permanence et dont il possédait une collection impressionnante, avec les trois plis impeccables dans le dos rajoutait à sa prestance d’athlète. En le voyant déambuler dans les rues du village, les femmes lui montraient leurs dents éclatantes de blancheur. Mais très vite, Ernst avait montré une indifférence surprenante pour un vieux soudard mais qui ne surprenait pas Raphaël qui connaissait bien son ami.
Le partage d’une même foi et les turpitudes guerrières les avaient étroitement rapprochés. Raphaël, leur avait fait connaître les délices de la bière africaine au goût si ambré.
Il leur avait expliqué que les anciens Egyptiens, eux aussi, connaissaient la bière déjà depuis plusieurs millénaires avant le Christ. Elle faisait partie non seulement des boissons des vivants mais aussi des offrandes funéraires qui accompagnaient les morts en l’honneur des dieux. C’est ainsi qu’elle était le mieux connue.
Il leur avait décrit les inscriptions hiéroglyphiques où le mot bière était représenté par une cruche. Il se prononçait henqet.
Raphaël prétendait que la bière comme le vin avaient été inventés par hasard. Il suppose que des aliments avaient été oubliés dans un récipient - une céréale pour la bière, probablement de l’orge, plante originaire du Moyen-Orient, du raisin pour le vin, se mettant à fermenter seuls sous l’effet de champignons microscopiques flottant dans l’air que nous respirons, aurait transformé en une sorte de bouillie le liquide dont le goût n’est pas forcément délectable mais dont l’absorption procurait à nos lointains ancêtres des sensations inédites, souvent assimilées à une transe religieuse. Ils avaient donc décidé de pratiquer la recherche de cette quête transcendantale en buvant religieusement quelques bières tous les matins...

Les trois compères se réfugiaient en cette recherche de nirvana bien personnelle et si la bière africaine leur permettait un petit-dèj insolite, elle avait aussi le pouvoir de délier les langues. Ernst fit entrer un ancien baroudeur au surnom de Wilheim Fermtag’ qui aurait pu avoir sa place dans le Guide Ness selon ses dires, tant il avait de choses à raconter.

Côté élégance, il avait en permanence un treillis de l’armée, genre multi-poches qui aurait pu tenir debout tout seul et se passer de valet de nuit. Les grands couturiers Smalto ou Cerruti étaient pour lui des personnages de contes italiens et pouvaient aller se rhabiller.

Sur sa poitrine, un pendentif qui n’était pas une dent de tigre, ni de requin semblait se balancer à la manière d’un porte-bonheur.

C’était un original de plus, et de ses poches en sortaient toutes sortes d’objets aussi inutiles que variés. Le clown version savane ou tropicale, nul besoin d’emprunter un nez rouge au costume traditionnel, Wilheim avait dû acquérir sans trop de difficulté cette plastique nasale en consommant lui aussi des tartines de vin rouge, qui étaient autant de signatures de son défaut préféré.

Il avait également un goût pour la musique, et si le xylophone ou le balafon ne le branchaient pas, en cet endroit, il extirpait d’une de ses nombreuses poches un harmonica, qui pour lui était le moyen d’allumer le feu.

Tout y passait dans son répertoire, à commencer par des chansons à boire, naturellement, Mozart qu’il n’écorchait pas trop, et quand les autres commençaient à l’énerver, son porte-bonheur de pendentif prenait le relais, c’était un modèle de 3,5 cm sur lequel il arrivait à jouer « le p’tit quinquin » rien que pour les rendre furibards.

Ernst lui déclara alors :
- ’’ T’as pas fini d’faire le clown ? ’’
- ’’ J’en suis à la deuxième page, coco ! ’’
- ’’ Wilheim ! ’’
- ’’ Ia ! ‚’’
- ’’Ferme tag’...- - Hoooooooooooooooooooooooooou ! hoooooooooooooooou ! Hooooooooo ! Mhmmmmmmmmmmm !!! hoooooooooooooooou !! Mhmmmmmmmmmmm !!

En chœur, Suzy et Korban gémissaient. Les ultra-son de l’harmonica fendaient leur ouïe sensible de chiens exemplaires. Et leur plainte était à ce point insupportable pour le cœur de Jef comme pour les oreilles des deux autres joyeux drilles que bientôt, l’harmonica fut jetée aux oubliettes, et ainsi, c’en fut fini de toute cette histoire abracadabrante.

THE END

A l’initiative d’Oliv’ avec dans l’ordre d’apparition la participation
De : Michel, Diane. Vicky, Lulub, Fabien, Pegase, Sirius, 2nyse, Pol

J’héberge mon site grâce à ouvaton.org, rejoignez nous !


Forum de l'article